Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT


Fusion des radios « Radio Trafic » et « Soriase »

La CFDT dénonce des intentions cachées

Un projet de fusion a été présenté au CCE d'ASF et au CE d'ESCOTA en novembre 2003. Depuis, plusieurs réunions ont eu lieu, notamment entre les délégués du personnel CFDT et la direction de Radio Trafic.

Dans un souci de dialogue constructif, les élus y ont à chaque fois exprimé leurs préoccupations et leur attachement à ce que cette fusion se déroule dans de bonnes conditions. Nous avons également rencontré le président du conseil de surveillance  et le gérant de la radio, ainsi que le DRH d’ASF. Nous citerons également les courriers adressés en diverses occasions à ces décisionnaires.

A chaque fois, nous avons eu leurs assurances sur cette fusion, et notamment sur la préoccupation de la CFDT, à savoir les emplois. Le directeur général d’ASF avait d’ailleurs le premier précisé lors du CCE du 21 novembre 2003 que cette fusion n’aurait aucun impact négatif sur les salariés CDI en place.

Et pourtant, malgré le calme apparent qui entoure cette fusion, la réalité est bien différente. Alors que le CSA vient de donner son feu vert à cette fusion, la CFDT dénonce des intentions cachées de la direction. Nous avons le sentiment, au fur et à mesure de l’avancée de ce dossier, que cette fusion est une opportunité pour se débarrasser de certains salariés, qui ont toujours fait correctement leur travail depuis des années, et dont personne ne s’est jamais plaint. Est-ce parce que ces personnes ne plaisent pas et dérangent ? Nous posons la question à la direction. Nous avons une nouvelle fois fait part de nos craintes lors de la dernière réunion des délégués du personnel, vendredi 22 octobre.

En proposant à ces personnes des postes sans commune mesure avec leur qualification et leurs responsabilités actuelles acquises au fil des années, entraînant des baisses de salaires conséquentes, ou en les mutant à Mandelieu, la direction se donne les moyens, en cas de refus, de procéder à leur licenciement.

La CFDT maintient que certains des arguments avancés par la direction pour justifier sa décision de réorganiser certains postes ne sont pas recevables. Nous le disons d’ailleurs depuis de longs mois. La CFDT continue à se battre pour que ces salariés puissent continuer à travailler dans des conditions acceptables dans la future radio, comme ils l’ont toujours fait à la satisfaction de tous.

Dans le cas contraire, la belle image sociale d’ASF et d’ESCOTA s’en trouverait ternie. Les dirigeants prendront-ils ce risque ?

Info mise en ligne le 25 octobre 2004.

<- Retour "Compte-Rendus"  I  Haut de page  I  <- Retour "Infos"