Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

 

Négociation
égalité professionnelle

La négociation relative à l’égalité professionnelle entres les femmes et les hommes a commencé au mois d’octobre. L’objectif est de parvenir à un accord d’une durée de 3 ans. En effet, la précédente négociation, en fin 2011, menée dans la précipitation par la direction s’était traduite par un échec au vu de l’attitude d’ASF dont le seul objectif était d’éviter les pénalités financières imposées par la loi en l’absence de négociation.

Le plan d’action mis ensuite en place unilatéralement par ASF n’avait été que le reflet de la faible ambition de l’entreprise de prendre ce thème à bras le corps.

La CFDT ne peut se contenter de ce constat. L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes doit être pour l’entreprise un thème essentiel touchant directement à la lutte contre les disparités entre les femmes et les hommes en termes de rémunération, de déroulement de carrière et d’accès aux différents postes de l’entreprise. 

Mais encore faut-il s’en donner les moyens, afin non seulement de mener les actions correctrices indispensables, mais aussi en anticipant sur les différentes évolutions que connaissant les carrières des femmes et des hommes d’ASF.

La CFDT a donc fait plusieurs propositions, axées sur 5 thèmes qui figurent dans ce courrier . Il est essentiel de pouvoir mesurer les évolutions au travers d’indicateurs objectifs et mesurables :

- Engagement d’assurer une égalité de rémunération entre les femmes et les hommes sur des tâches ou missions qui exigent un ensemble comparable de connaissances professionnelles reconnues par un titre, diplôme ou pratique professionnelle, découlant de l’expérience acquise et de responsabilités ;

- Mise en œuvre de moyens concrets pour résorber les écarts de rémunération constatés, à compétences et niveaux de responsabilités équivalents. La CFDT a revendiqué la mise en place d’un budget spécifique à cet effet ;

- Prise en compte dans les déroulements de carrière  et évolutions salariales des salarié(e)s au retour de congés maternité, d’adoption ou d’éducation à temps plein ;

- Veiller particulièrement à l’articulation entre vie privée et vie professionnelle. Des leviers concrets permettent d’agir pour tendre vers une meilleure qualité du travail et de vie ;

- Neutralisation des périodes de maternité ou d’adoption pour la détermination de la part variable chez les cadres ;

- Meilleure organisation des formations favorisant la proximité par rapport aux lieux de travail et éviter les longs déplacements qui désorganisent la vie privée.

Il est capital, pour la CFDT, d’identifier les carences et disparités puis de mettre en place des objectifs clairs permettant de mesurer concrètement dans les années qui viennent leur évolution, et leur amélioration progressive. Mais il faut pour cela une véritable volonté commune et des moyens à la hauteur. L’entreprise y est-elle prête ? Réponse peut-être lors de la réunion de demain.

 
Info mise en ligne le 7 novembre 2012

BoutonAccueil