NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire

 

Du dialogue social
au tribunal !!!

Après les beaux discours de façade, les engagements non tenus, vient le temps des manipulations, des pressions en tout genre et de la compression des effectifs qui continue. Aujourd’hui, par tous leurs agissements, nos dirigeants auront au moins réussi une chose, et non des moindres, celle de créer l’unité syndicale qui déclare aujourd’hui unanimement : « STOP, CA SUFFIT !!! ».

VINCI veut prendre les organisations syndicales en otages en les empêchant de remplir leur rôle dans l’entreprise pour mieux planifier sa politique destructrice d’emplois et génératrice du mal être croissant des salariés.

Aujourd’hui, la DRH d’ASF mène une véritable campagne de désinformation visant à discréditer les Organisations Syndicales en essayant de vendre aux salariés ses propres options, incontournables selon elle. Ceci est proprement indigne et irresponsable de la part de dirigeants qui, hier encore, déclaraient œuvrer pour un dialogue social de qualité, et qui à présent utilisent les menaces, les pressions, l’usure et la manipulation.

Le DGA et la DRH en sont réduits à accomplir les basses besognes ordonnées par Pierre COPPEY, PDG D’ASF, qui les oblige à faire du porte à porte pour tenter de convaincre de sa politique, des salariés de plus en plus agacés par ces discours idylliques très éloignés de la triste réalité qu’ils subissent au quotidien. C’est dire à quoi en sont réduites les équipes dirigeantes aujourd’hui !!!

Actuellement, ce ne sont que remises en cause d’acquis et désorganisations qui occupent le quotidien de nos dirigeants, et c’est à grand coup de dénonciations des conventions d’entreprise et de menaces aux Organisations Syndicales que le « grand ménage » se fait pour satisfaire le grand maître. Ceci n’augure rien de bon pour l’avenir ni même pour une reprise rapide et sereine du dialogue social. Après la remise en cause unilatérale de la carte de circulation conjoints et retraités, les salariés que la direction délocalise à des fins peu avouables et la dénonciation annoncée du Compte Epargne Temps (CET), la DRH s’attaque au droit syndical pour limiter l’activité des représentants des salariés et les tenir à distance respectable de toute intervention susceptible d’entraver la politique effrénée du nouveau PDG d’ASF. A ce rythme-là, qu’en sera-t-il demain ?

Face à cette politique destructrice et irresponsable, les organisations syndicales ont décidé, dans l’unité, de faire front commun et ont, dans un premier temps, engagé des procédures juridiques pour recouvrer les droits et la dignité des salariés.

Tout d’abord, toutes les Organisations Syndicales ont fait inscrire un point particulier à l’ordre du jour de chaque CE pour qu’il soit débattu et décidé d’intenter une action commune dans toutes les DRE afin de rétablir dans leurs droits les salariés délocalisés par des réorganisations décidées unilatéralement par la direction d’ASF. C’est la seule solution maintenant pour que ces salariés soient respectés et reconnus dans les établissements où ils évoluent physiquement.

En second lieu, et après avoir dénoncé l’accord sur le droit syndical pour tenter de museler les Organisations Syndicales, la DRH leur propose la création d’un chèque syndical (ou bon de financement de 10€) que chaque salarié pourrait reverser à l’Organisation Syndicale de son choix. Ceci est un stratagème que toute Organisation Syndicale responsable et réfléchie ne peut évidemment pas admettre sans légitimement risquer de perdre sa crédibilité et ses convictions. A croire que la DRH espérait naïvement qu’en augmentant les moyens, les Organisations Syndicales accepteraient le fait de se laisser bâillonner au niveau des instances représentatives du personnel et dans des objectifs de sape du droit des salariés.

Dans cette même voie, la DRH prévoit de lancer sa procédure de dénonciation de la convention sur le CET dès le prochain CCE du mois de mars et si elle persiste, les mêmes organisations syndicales envisagent d’intenter là aussi une action judiciaire. Nous y sommes contraints, la DRH, le DGA et leur PDG nous y obligent par leur détermination et leur obstination à ne pas vouloir prendre en compte les revendications légitimes des salariés qui sont pourtant à l’origine de la réussite de l’entreprise.

Quant à Pierre COPPEY, instigateur et animateur de cette politique très dangereuse, il vient d’adresser un courrier aux salariés des sociétés de VINCI Autoroutes, à l'occasion du lancement de la Fondation VINCI Autoroutes « pour une conduite responsable ».

Et bien aujourd’hui, l’ensemble des Organisations Syndicales d’ASF demandent à Pierre Coppey de s’appliquer à lui-même, dans tous les sens du terme, ce qu’il propose d’appliquer à chaque salarié de l’entreprise par cette nouvelle missive à savoir :

« Une conduite responsable »

 

Le tract en PDF, c'est ici


Info mise en ligne le 15 décembre 2011

 

BoutonAccueil