NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire

 

Contre le démantèlement de nos acquis
Le 13 décembre,
faisons-nous respecter :
tous en grève !


L’actualité récente est venue confirmer un changement de cap dans la politique sociale de l’entreprise : elle amplifie son action de démolition des acquis sociaux négociés tout au long de ces dernières années, fruits d’un dialogue social constructif dont, c’est un comble,  elle s’était pourtant vantée il n’y a pas si longtemps.

Après la Mutuelle, la direction a choisi de s’attaquer au Compte Epargne Temps. Sa volonté d’exclure l’écrasante majorité des salariés (Péage et Structure) des abondements est inacceptable, et contraire à tous les affichages portés par le groupe VINCI ! Cette même entreprise claironne qu’elle agit « dans l’intérêt des salariés » ! La CFDT revendique que cette négociation - que l’entreprise a décidé de stopper après la prochaine  réunion du 22 décembre -  soit relancée sur des bases acceptables. Il faut désormais stopper la destruction du dialogue social et accepter d’écouter les propositions des représentants des salariés.

La stratégie d’ASF est plus que jamais guidée par le seul intérêt économique. Cette fuite en avant de la direction, sous le joug de VINCI, va à l’encontre de tous les discours colportés par le groupe. Mais aujourd’hui, nous avons franchi un palier supplémentaire, puisque l’entreprise ne prend même plus la peine « d’habiller » sa stratégie. Elle agit comme elle l’entend, et manœuvre désormais pour en faire porter la responsabilité aux organisations syndicales. Non contente de supprimer de nombreux acquis à ses salariés - fruits d’un dialogue social aujourd’hui révolu - la direction exerce une véritable répression contre quiconque viendrait contrarier ses plans. La CFDT revendique de respecter les salariés, tous les salariés, employés, ouvriers, maîtrises et cadres et de les remettre au cœur des organisations du travail. Il faut qu’ASF accepte de concilier ses intérêts économiques avec les enjeux sociaux, par un vrai travail sur les effectifs, sur la pyramide des âges dont le déséquilibre s’accentue, et sur les conditions de travail qui se dégradent dans toutes les filières.

L’entreprise fait-elle le pari que les salariés finiront par sombrer dans la résignation ? En tout cas, force est de reconnaître qu’ils ont su, sur le dossier de la Mutuelle, résister aux pressions multiples auxquelles ils ont du faire face. L’entreprise prendra-t-elle le risque de continuer à passer en force, ou va-t-elle prendre conscience qu’aucune réforme viable n’est possible sans les salariés et leurs représentants ? Réalise-t-elle l’immense perte de confiance qu’elle a engendrée à tous les niveaux de l’entreprise ?

Nous avons la possibilité, collectivement, de résister aux assauts d’une direction obnubilée par les gains de productivité au détriment de ses propres salariés.

Nous pouvons faire entendre notre voix. Mais, à ce stade, le dialogue social n’est malheureusement plus l’outil qui permet de trouver des solutions pertinentes. C’est pourquoi la CFDT appelle à la grève le 13 décembre. Exigeons de cette  direction qu’elle respecte nos droits, nos emplois, nos conditions de vie et de travail !


Le tract en PDF, c'est ici

Info mise en ligne le 6 décembre 2011

 

BoutonAccueil