NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire

 

EVOLUTION PEAGE

Qualifier les transactions d'accord,

mais qualifions les salariés d'abord !

L'évolution du péage a fait l'objet d'une consultation des élus au dernier CCE du 7 mars 2013. Seuls 2 syndicats ont donné leur avis, dont la CFDT. Il est indispensable de rappeler le contexte de cette réunion lors de laquelle la direction a fini par exclure des nouvelles activités péage, certaines pistes inqualifiables qui fleurissaient un peu partout (ménage, lavage voies, tonte…). Dès lors, il était indispensable de prendre en compte les nouvelles missions de cette filière et de répondre aux préoccupations des salariés quant à leur avenir. Pour autant, cette lisibilité, indispensable pour chacun des acteurs du péage, ne constitue en aucune manière une fin en soi. Sa déclinaison sur le terrain est désormais l’enjeu déterminant pour la mise en œuvre de cette évolution.

Le professionnalisme et les niveaux de qualification requis pour mener à bien ces nouvelles missions doivent désormais s’articuler avec les métiers, les statuts, les compétences et les aspirations des salariés concernés.

Polyvalence, OUI
Flexibilité débridée, NON !

Même si ces nouvelles tâches s'intègrent pleinement dans la polyvalence inscrite dans la convention d'entreprise n°80, signée par tous, il convient de ne pas tronquer le débat en le limitant aux seules volontés de la direction. Pour la CFDT, l’enjeu ne se réduit pas à une attitude dogmatique d’ASF qui consisterait à contraindre les superviseurs péage (SP) à abandonner leur tour de service à l’année. La polyvalence n’est pas la réponse unique à apporter à cette filière. L’évolution des organisations du travail doit également nous questionner sur la régularité des horaires des postes (les variations de trafic ne sont plus prépondérantes). Cette régularité doit conduire à lisser l’activité sur l’année et donc à envisager la programmation des tours de service au-delà de la limite des 3 mois actuels. Nous devons rendre l’évolution de l’exploitation compatible avec l’amélioration des conditions de vie et de travail.

Requalification pour les uns,
Reconnaissance pour TOUS !

Opposer les statuts entre eux est inacceptable. Il faut notamment dépasser l’approche : SP, SPP, TP FF. Ils font tous partie de la maîtrise de qualification, et c’est la seule chose qui compte. Pour relancer le débat sur les bonnes bases, il faut désormais établir un état des lieux de toutes les tâches du péage, en définissant celles qui relèvent du niveau exécution ou du niveau maîtrise de qualification.  A la lumière de cette analyse, il conviendra d’évaluer si, sur la base des compétences requises, le besoin nécessaire à chaque mission est suffisant. Et si ce n’est pas le cas, la CFDT revendique clairement un ajustement des ressources par des requalifications adaptées et conformes aux aspirations des salariés potentiellement concernés. Enfin, la CFDT n’acceptera aucune forme de management par la contrainte envers qui que ce soit, TP ou SP. La « délocalisation » de certaines tâches à forte valeur ajoutée conduit à l’appauvrissement du contenu du travail de terrain. Là encore, il faut se préoccuper des professionnels du péage qui vivraient très mal cette « confiscation » d’une part importante de leur cœur de métier.

Concilier les perspectives d’évolution, l’épanouissement personnel et la qualité de vie au travail de TOUS les salariés de la filière : La CFDT est prête à relever ce défi. Vous pouvez compter sur nous !


Le tract en PDF, c'est ici.

Info mise en ligne le 1er juin 2013

 

 

BoutonAccueil